A quoi sert le CIR ?

Le CIR est une aide publique destinée à encourager les efforts des entreprises en matière de R&D. Il vise un triple objectif :

  • l’amélioration de la compétitivité des entreprises françaises dans un environnement hautement concurrentiel,
  • l’incitation à la création et au développement en France d’emplois hautement qualifiés et stratégiques pour notre économie, et
  • l’accroissement de l’attractivité de la France pour son potentiel en faveur des entreprises innovantes.

D’après l’Association Nationale Recherche et Technologie (ANRT) qui a mené une étude comparative internationale sur le coût du chercheur comptabilisé par les groupes bénéficiaires du CIR en 2012, « la concurrence entre Etats pour attirer la recherche est plus forte que jamais ». L’ANRT précise également « qu’un pays sans dispositif incitatif est maintenant l’exception, non la règle ». La France s’affiche alors comme le pays développé le plus compétitif, lui permettant grâce au CIR d’attirer ou maintenir des sites de recherche à fortes spécialités. En attestent les implantations récentes en France des centres de recherche de Google, Microsoft, et plus récemment encore Samsung.

De plus, selon le dernier rapport établi par le cabinet américain Thomson Reuters intitulé « 2013 Top 100 Global Innovators», la France est le 3e pays le plus innovant après les Etats Unis et le Japon, avec 9 groupes français et 3 centres de recherche présents dans le top 100 mondial. La France domine le marché européen devant la Suisse (4 entreprises au classement), l’Allemagne (3), la Suède (2) et les Pays Bas (1).

Le rapport établit un lien de corrélation direct entre les politiques fiscales gouvernementales et la capacité des pays à attirer et retenir les entreprises à fort potentiel innovant. Les trois pays (Etats Unis, Japon et France) ayant le plus contribué à l’effort de R&D sont également ceux dont les gouvernements ont eu des politiques incitatives en termes d’innovation sur les plus longues périodes.